Black Friday ! Profitez d'une remise de 30% sur toute la boutique avec le code BLACK. C'est le moment de craquer pour les manteaux !

Une histoire de la chemise, pièce centrale de la garde robe


La plus ancienne chemise retrouvée date de 3000 avant J.C. et provient d’Égypte ! En lin, elle est d'excellente facture et dispose de manches larges afin d’offrir une aisance de mouvement à celui qui la porte. Mais la chemise telle que nous la connaissons aujourd’hui trouve plutôt ses origines au Moyen-Âge avant de gagner en coquetterie durant la Renaissance.

Robe de Tarkhan Une des plus ancienne robe (5000 av JC) encore bien conservée

"La chemise est avant tout un outil de travail"

À l’origine, la chemise est avant tout un outil de travail porté aussi bien par les nobles que les paysans. Proche de la forme d’une blouse large, c’est donc un habit pratique, dont les différentes parties ont été pensées pour mener des activités quotidiennes. Par exemple, la présence d’un col permet de protéger la veste portée par-dessus, tandis que les poignets sont plus exposées et retiennent le plus la saleté.

La genèse de la chemise

Entre les XIIIème et XVème siècles la mode est chez les dames aux manches détachables. Cela permet de changer de manches selon ses envies, mais aussi de laisser une manche à un prétendant à l'issue d'un tournoi.

Après la Renaissance, la chemise se transforme avec l'apparition de boutonnières. Cela donne lieu à une convention qui est aujourd'hui toujours utilisée : les boutonnières des hommes se trouvent à droite et celle des femmes à gauche. Cette disposition trouve ses origines dans une question pratique. En effet, on considère alors que la femme est habillée par ses servantes : il est alors plus aisé pour elles de boutonner une chemise de cette façon.

Portrait d'un homme de Giovanni Battista Moroni (autour de 1570) 
Portrait d'un homme de Giovanni Battista Moroni (autour de 1570)

 

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la demi-chemise fait son apparition. Cet habit permet d'agrémenter une chemise jugée trop simple pour l'occasion, ou simplement couvrir une chemise sale.

Au début du XVIIIe siècle, la mode est à la chemise longue, qui sert aussi de sous-vêtement (plus proche de la robe de chambre que de la chemise d'aujourd'hui). Jusqu’en 1879, la chemise ne se porte jamais seule et il est impropre de révéler sa chemise… comme il paraîtrait aujourd’hui inapproprié de se promener en petite tenue en public ! Ce qui explique le port du gilet, et du corset plus spécifiquement chez la femme.

L'évolution vers une forme plus moderne

En 1827, le col détachable est inventé aux États-Unis, les cols de chemises sont alors faits de tissus rigides solidifiés, grâce à l'utilisation d'amidon. La raison, comme pour les manchettes, c'est la seule partie de la chemise qui est exposée, elle est donc sujette à l'usure. C'est ce principe que nous avons appliqué à nos robes chinoises.

Col détachable photo 1898Photo de 1898, col détachable et lavallière

L'intérêt du col détachable est de permettre le lavage des cols tout en permettant un port de la même chemise sur plusieurs jours et limiter l'usure, on cherche alors à préserver les vêtements longtemps

En 1845 naît le poignet mousquetaire, permettant de personnaliser ses chemises par l'ajout de boutons de manchettes, Alexandre Dumas en fera la description dans le Comte de Monte Cristo. Celui-ci est appelé French Cuff (poignet français) en anglais, mais son origine est certainement britannique.
Alexandre Dumas Alexandre Dumas

  L'influence de la révolution industrielle

Davis Brown Logo1871 marque l'avènement de la forme moderne de la chemise : c'est l'année où la maison Brown, Davis & Co dépose un brevet pour une chemise boutonnée du col au bas à l'avant. Auparavant la chemise s'enfile comme une blouse, par la tête, avec une boutonnière ne descendant pas en dessous de la poitrine ou est boutonnée dans le dos.

La fin du XIXe siècle voit la naissance et la prolifération de nouveaux styles avec la révolution industrielle et la naissance de nouvelles richesses, en particulier le col cassé et le col boutonné aussi dit col de polo.

L’arrivée de la machine à laver chez les ménages dès le début du XXe siècle met fin aux difficultés pour laver les cols et manches, les parties de la chemise les plus exposées à la saleté. La diffusion de ce nouvel équipement met donc fin à la mode des chemises détachables, qui disposent à nouveau de cols et manchettes en tissus souples.

1920 marque le déclin du col rond au profit du col à pointe, en particulier dans les milieux professionnels. C'est aussi à la fin de la décennie que la chemise unie faite d'un même tissu est créée. La chemise à col et poignets blanc demeure cependant la référence dans les milieux huppés.

Arrow Collars

La Seconde Guerre Mondiale voit apparaître des chemises en tissus synthétiques afin de palier à la pénurie de coton, utilisé pour la production d’uniformes militaires. Le nylon, le viscose et le rayon s’invitent dans la garde-robe des porteurs de chemises.

1960 marque l'apparition de la pochette sur les chemises, bénéficiant de la disparition progressive du gilet, qui a accompagné la chemise depuis des centaines d'années. Encore une fois, c'est une révolution technologique, l'apparition du chauffage central, qui est à l'origine de ce changement.

La chemise a maintenu sa forme générale et ses principales caractéristiques depuis cette époque. Mais cela n’a pas empêché son port d’évoluer, la façon dont elle est taillée au fil des époques comme des pays. Aujourd’hui, les contrastes persistent entre France, Italie et États-Unis.

Don Draper, Mad Men
Pour vous en convaincre, admirez les habits de la série Mad Men, dont le héros (Don Draper) est considéré comme l’un des personnages les plus classes des séries télévisées. Les années 60 favorisaient les chemises et costumes larges. Si les spectateurs et les spectatrices de 2018 peuvent admirer la prestance de Don Draper, ils sont invités à porter la chemise cintrée !

 

 

 

 

Les chemises Priam et Lila


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés